top of page
  • Photo du rédacteurEd anot

Haute Route Chamonix Zermatt

Dernière mise à jour : 18 avr. 2023

"Le projet ultime, c'est pour mes 30 ans. Je veux réussir à faire la Haute Route, un raid à ski de rando qui relie Chamonix à Zermatt en passant par de nombreux glaciers. J’envisage de le faire avec un guide, c'est une des courses alpines les plus mythiques." J'ai dit cette phrase en novembre 2021 lors d'un entretien avec la marque de sport Francus, c'était 1 an avant mes 30 ans. J'avais pour bagage technique un cycle initiation ski de randonnée au CAF, une bonne pratique de l'escalade et un trek de 5 jours. Il fallait augmenter mes compétences avant la saison 2022-2023 pour arriver à réaliser ce projet.


Je participe en 2021-2022 à deux formations de plusieurs week-ends, une de ski de randonnée technique alpine et l'autre d'alpinisme en perfectionnement avec le club. Je me motive à courir et m'inscris sur des trails pour augmenter ma condition physique, d'abord 20 km puis 3 versions de 40-50 km et une version de 83 km... Je m’étonne de ma rapidité de progression et commence en 2022-2023 des formations approfondies pour devenir encadrant CAF.


Après discussion avec ma copine, nous nous sentons prêts, sans prendre de guide, pour faire la Haute Route en version intégrale sur 8 jours. On contacte d'autres amis et on lance le projet officiellement en novembre pour un départ début avril. Le projet de mes 30 ans était devenu réalité.



Jour J - Refuge d'Argentière


C'est parti, Jour J, direction Chamonix, météo bien pourrie.

Sac Ferrino Instinct, poids d'environ 14 kg, 8 sachets de 280 g pour 8 jours de pique-nique, 30 m de corde, baudrier, sangles, mousquetons, broches à glace, piolet, crampon, matériel de ski de randonnée (peaux, DVA, pelle, sonde), doudoune, gore-tex, gants x3... Et un gros Tetris pour compacter au mieux les affaires dans le sac.


Téléphérique des Grands Montets arrêt Lognan, c'est notre départ pour rejoindre le glacier d'Argentière et son refuge éponyme. On en profite pour faire des exercices d’encordement et sauvetage en crevasse pour retravailler les bases. Une fois dans le refuge : révision de l'itinéraire du lendemain et derniers ajustements techniques.



J2 - Argentière, la Fouly


Sur le papier, c'est cette journée qui s'avérait la plus compliquée. On descend le glacier d'Argentière pour remonter le glacier du Chardonnet et atteindre en crampons le col du Chardonnet à 3 321 m. La descente est dans une pente à 40-45° pouvant se faire en deux rappels de 40 m. Ce jour-là, les conditions de neige sont suffisamment bonnes pour redescendre en désescalade sans corde.


On atteint rapidement le glacier de Saleinaz pour rejoindre notre deuxième objectif : le col de la Grand-Luy. C'est reparti, skis sur le dos, crampons, piolet, pente raide et passage en mixte pour atteindre le col. On installe une corde sur celui-ci pour nous permettre de traverser en sécurité. Il reste à descendre le glacier de la Neuve pour rejoindre la Fouly et la première bière de notre raid.



J3 - La Fouly, Cabane du Plan du Jeu


Aujourd'hui, pas de glacier, mais une belle randonnée. On remonte le vallon de la Danse de Ferret pour atteindre le col de la Fenêtre d'en Haut. Le vallon est vide de monde et nous avançons les uns derrière les autres sur la seule trace de skis.


On dépeaute pour une descente jusqu'au col du Grand Saint Bernard et une visite de l'Hospice. Pause pique-nique, 280 g de sachet en moins, on repart jusqu'à Bourg-Saint-Bernard pour atteindre la dernière montée du jour et le refuge 130 m plus haut. On arrive pile au moment où le jacuzzi extérieur fume. Que demander de plus ? ;)



J4 - Cabane du Plan du Jeu, Cabane de Valsorey


Ça démarre doucement pour une journée de 1 700 m de D+, la pente est continue et s'enchaîne facilement. On passe par le col de Pro et celui de Montorge pour faire notre première descente dans la poudreuse jusqu'au torrent du Valsorey. Sourire aux lèvres après une descente mémorable, on remonte 800 m de D+ en direction de la Cabane de Valsorey.

Plein sud, plein soleil, plein les pattes, on termine cette montée aussi trempé qu'à la sortie du jacuzzi.


La météo se gâte pour les jours à venir. Dans le refuge, chaque groupe se concerte pour savoir s'il continue ou envisage de redescendre dans la vallée. Sur les 5 groupes, un seul annonce qu'il rebrousse chemin et nous attendons le lendemain matin en espérant une fenêtre avec de la visibilité pour atteindre le col à 3 663 m sous la face sud du Combin.



J5 - Cabane de Valsorey, Cabane de Chanrion


Réveil habituel à 5:30 (sympa les vacances !), on sort du refuge en premier et la visibilité est correcte. Il a neigé pendant la nuit, plus de traces visibles, il faudra faire la nôtre. On trace jusqu'à 3 400 m avant de mettre nos skis sur le dos et de monter une pente raide jusqu'à 3 663 m. On s'alterne dans cette portion de portage, le premier qui trace se met sur le côté dès qu'il fatigue, il prend la place du dernier pour avoir les marches les plus simples et les plus stables, le second le relaie en passant en tête. À cinq, on ne perd pas de rythme et l'ascension se fait naturellement.


Malheureusement, la météo nous rattrape et on descend dans le brouillard/blizzard sur le glacier du Sonadon et du Mt Durand. On suit à la carte notre position sur le GPS pour slalomer entre les crevasses et séracs imperceptibles.


À 2 180 m, on remet les peaux pour monter à la Cabane de Chanrion 2 462 m.

Arrivé, on prépare notre lendemain. Cette fois, la météo annonce une fenêtre de 7:00 à 14:00, ça devrait le faire.


J6 - Cabane de Chanrion, Cabane des Vignettes


Départ à la frontale pour ne pas rater le créneau météo. Aux premières lueurs du jour ce n'est pas vraiment comme prévu, les nuages sont accrochés aux cimes au-dessus de nous, mais on maintient notre objectif en passant par le glacier de la Serpentine. Un faible espace parmi les séracs nous permet de traverser le vallon et de monter dans la partie la moins tourmentée. Comme la vieille, on trace notre itinéraire au fur et à mesure avec le GPS et de temps en temps, les faibles éclaircies.



On passe le col de la Serpentine et on atteint son passage juste au-dessus. Le passage est une pente raide, exposée et visuellement engageante à passer. Par faute de discernement, on s'engage d'une mauvaise manière et on passe en difficulté. À son sommet, la pression retombe, mais le mental baisse et on se trompe d'itinéraire dans le brouillard. Après un tricotage de plusieurs mailles dans le vallon, on passe le col sous le Pigne d'Arolla. Le jour précédent, la neige et le vent d'ouest avait chargé la descente et nous étions exposés à la fois aux crevasses, séracs et risques d'avalanche. Mentalement épuisé, il fallait rester lucide et concentré. Malgré un itinéraire calculé, on déclenche une plaque sans gravité à 100 m du refuge.


On passe la porte de la Cabane des Vignettes avec soulagement, la journée a été éprouvante et mentalement engageante. Ce soir-là, je m'effondre de sommeil et passe ma première vraie nuit du raid.


J7 - Cabane des Vignettes, Cabane de...


Réveil matin, 5:30, jour blanc (encore). Dans le refuge, l'ensemble des groupes se regardent pour savoir qui fait quoi. Les guides sont collés à la fenêtre : "- Ils font quoi ? - de la buée."

Ça ne nous aide pas, plus l'énergie de tracer, on préfère laisser la main à un autre groupe. On attend tous prêts jusqu'au moment où un guide annonce qu'il préfère descendre à Arolla pour avoir une descente d'anthologie.


On préfère suivre son choix. Les nuages s'écartent, les cimes apparaissent et on descend dans 40 cm de poudreuse dans des pentes stables. À chaque tournant, la neige s'envole comme au cinéma, tournant carte postale à la pelle, gavage de sensations, on arrive en bas et... craque, mon ski s'ouvre en deux pendant un tournant à 100 m d'Arolla. Effectivement, comme il le disait, c'était bien "une descente d'anthologie", mon ski est entré dans la postérité !


Fin de notre Haute Route à Arolla, à charge de revanche Zermatt.



Chiffres

  • Argentière - Col des Grands Montets, Glacier d'Argentière - Refuge d'Argentière - 900m+

  • Refuge d'Argentière - Col du Chardonnet, Col de la Grand-Luy - La Fouly - 1300m+, 13,5km

  • La Fouly - Col de la Fenêtres d'en Haut, Col du Grand St Bernard - Cabane du Plan du Jeu - 1354m+, 20km

  • Cabane du Plan du Jeu - Col de Pro, Col de Montorge - Cabane du Valsorey - 1740m+, 10km

  • Cabane du Valsorey - Plateau du Couloir, Col du Sonadon - Cabane de Chanrion - 950m+ 11km

  • Cabane de Chanrion - Col de la Serpentine, Col du Brenay, Pigne d'Arolla - Cabane des Vignettes - 1400m+ 13km

7 644m+ - 81km - 13 sommets

Merci l'équipe :)



158 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page